« Kds », abréviation de Kilodénives. Il prend en compte le dénivelé positif et la technicité du terrain. En quelques sorte, c'est l'évaluation de la difficulté d'un parcours tout terrain équivalent à la distance sur du tout plat. Exemple, montée ONF = 11.2 kds soit l'équivalent de 11.2 kms sur le plat. En d'autre terme, celui qui prend 1 heure pour monter le sentier Mercure, a fait du 11.2 kds/h de moyenne. Ce qui revient à penser qu'il arrive aussi à faire 11.2 kms plat en 1h.

Attention tout de même : l'évaluation aux kilodénives s'affirme d'une façon globale, les coureurs ne sont pas automatiquement aussi bon en descente technique, en montée technique et sur du plat sans technicité apparente. Selon les cas, il y a des bons descendeurs, bons grimpeurs, bons rouleurs…

La mesure en kilodénives d’un parcours reste assez délicate, notamment pour déterminer la technicité du terrain. C’est pourquoi nous nous appuyons en supplément, sur des coureurs référents, ayant déjà une cotation vérifiée fiable à 90% (+ ou – 100 pts selon la progression possible).

Du coup, nous pouvons tomber sur des parcours assez loin de ses kms enregistrés. Le TUSD 10 en est un bel exemple : 10.100 KMS et 191 D+, et pourtant évalué au final à 12.7 kds. La différence s’explique très peu par les dénivelés positifs et la technicité ne s’explique pas par un passage dans des sentiers escarpés (il y en n'a pas). C’est plutôt le passage par quelques escaliers et restaurants (entre les tables ça freine). Sans compter la multitude de virages dont il faut maintes fois relancer. Cette course originale fait appel à une autre qualité du coureur, celui d’être « relanceur ». Nous pouvons dire que Eric LACROIX, qui termine premier en 42’18, fait partie des meilleurs relanceurs de l’île dans la catégorie Vétéran. « Pas d’arrêt au bar » qu’il disait, pas d’arrêt au bar…maintenant on comprend mieux.

Poussons un peu plus loin cette reflexion sur le vainqueur du TUSD10. En 42'18, cela lui donne une vitesse moyenne de 18 kds/h !!! ENORME. Personnellement, je ne penses pas qu'il puisse faire du 18kms/h de moyenne sur une piste d'Athlétisme durant 12.7 kms. Cette forte présomption ne remet toutefois pas en cause les bienfondés des kilodénives puisque ce n'est pas la même qualité du coureur qui est mis en avant. Alors que sur une piste la qualité de "rouleur" est mis à l'optimal en avant, sur le TUSD c'est la qualité de "relanceur" qui prédomine. Voila pourquoi il peut exister des différences entre kds/h et kms/h, ce qui va influencer le coureur qui se connaît bien à choisir telle ou telle autre course.